Édition nº 173 : Dans la ronde du temps

Je m’étais proposé de publier ici dans cet espace, une fois par an, des textes de Carlos Castañeda, un anthropologue qui a marqué ma génération par les récits de ses rencontres avec des sorciers mexicains. Par manque d’espace, je ne le fais plus depuis 2004. Aujourd’hui j’ai pensé en me réveillant : Castañeda, malgré tous ses critiques et tout son travail qui plus tard m’a paru très désordonné, ne doit pas íªtre oublié. Voici donc, revues, quelques-unes de ses réflexions :

L’intention est le plus important : pour les anciens sorciers du Mexique, l’intention (intento) est une force qui intervient dans tous les aspects du temps et de l’espace. Pour pouvoir utiliser et manipuler cette force, il est indispensable d’avoir un comportement impeccable. Le but d’un guerrier est de pouvoir lever la tíªte au-delí  du sillon oí¹ il se trouve confiné, regarder autour de lui et modifier ce qu’il désire. Pour cela, il a besoin de discipline et d’une attention totale.

Rien n’est facile
: rien dans ce monde n’est offert, tout doit s’apprendre avec beaucoup d’efforts. Un homme qui va í  la recherche de la connaissance doit avoir le míªme comportement qu’un soldat qui va í  la guerre : bien éveillé, avec la peur, le respect et une confiance absolue. S’il respecte ces conditions, il peut perdre une bataille ou une autre, mais jamais il ne se lamentera sur son destin.

La peur est naturelle : la peur de la liberté que nous apporte la connaissance est absolument naturelle ; mais aussi terrible que soit l’apprentissage, il est pire de vivre sans sagesse.

L’irritation est inutile : nous irriter contre les autres, cela signifie leur donner le pouvoir d’intervenir dans nos vies. Il est impératif de laisser de cí´té ce sentiment. Les actes d’autrui ne peuvent en aucune manière nous détourner de notre seule possibilité dans la vie : la rencontre avec l’infini.

La fin est une alliée : quand les choses commencent í  devenir confuses, le guerrier pense í  sa mort, et immédiatement il retrouve son esprit. La mort est partout. Nous pouvons la comparer aux phares d’une voiture qui nous suit sur une route sinueuse ; quelquefois nous les perdons de vue, quelquefois ils apparaissent trop près, quelquefois les lumières s’éteignent. Mais cette voiture imaginaire ne s’arríªte jamais (et un jour, elle nous frappe). Seule l’idée de la mort donne í  l’homme le détachement suffisant pour aller de l’avant, malgré toutes les embí»ches. Un homme qui sait que la mort se rapproche tous les jours goí»te í  tout, mais sans anxiété.

Le présent est unique : un guerrier sait attendre parce qu’il sait ce qui l’attend. Et pendant qu’il attend, il ne désire rien, ainsi, quoi qu’il reí§oive, aussi peu que ce soit, est une bénédiction. L’homme ordinaire se soucie trop d’aimer les autres, ou d’en íªtre aimé. Un guerrier sait ce qu’il désire, et c’est tout dans sa vie (et c’est lí  qu’il concentre toute son énergie). L’homme ordinaire gí¢che le présent parce qu’il agit en gagnant ou en perdant, et selon les résultats, il se transforme en persécuteur ou en victime. Le guerrier, de son cí´té, se préoccupe seulement de ses actes, qui le conduiront í  l’objectif qu’il s’est tracé.

L’intention est transparente : l’intention (intento) n’est pas une pensée, ni un objet, ni un désir. C’est ce qui fait triompher un homme dans ses objectifs et se relever míªme quand il s’est déjí  abandonné í  la défaite. L’intention est plus forte que l’homme.

La bataille est toujours la dernière : l’esprit du guerrier ne se plaint de rien, parce qu’il n’est pas né pour gagner ou perdre. Il est né pour lutter et chaque bataille est la dernière qu’il mène sur la Terre. Alors, le guerrier laisse toujours son esprit libre, et quand il se livre au combat, sachant que son intention est transparente, il rit et s’amuse.