Édition nº 174 : Le guerrier de la lumière et le renoncement

« Dans toute activité, il est indispensable de savoir í  quoi l’on doit s’attendre, quels sont les moyens d’atteindre l’objectif et l’aptitude que nous avons pour la tí¢che proposée.

« Seul celui qui, ainsi équipé, ne ressent aucun désir pour les résultats et reste absorbé dans le combat peut dire qu’il a renoncé aux fruits de la conquíªte.

« On peut renoncer au fruit, mais ce renoncement ne signifie pas que l’on est indifférent au résultat. »

Cette stratégie est celle du Mahatma Gandhi. Le guerrier de la lumière l’écoute avec respect et il ne se laisse pas troubler par des gens qui, incapables de parvenir au moindre résultat, passent leur temps í  príªcher le renoncement.

Renoncer í  la vengeance

Le guerrier de la lumière a une épée dans les mains. C’est lui qui décide de ce qu’il fera ou ne fera en aucune circonstance. Il y a des moments oí¹ la vie le conduit í  une crise : il est forcé de se séparer de choses qu’il a toujours aimées.

Alors le guerrier réfléchit. Il se demande s’il accomplit la volonté de Dieu ou s’il agit par égoí¯sme. Si la séparation était vraiment sur son chemin, il l’accepte sans se plaindre.

Mais si elle a été provoquée par la perversité d’autrui, il se montre implacable dans sa réponse.

Le guerrier possède l’art du coup et l’art du pardon. Il sait user de l’un et de l’autre avec la míªme habileté.

Renoncer í  la provocation

Le lutteur expérimenté supporte les insultes ; il connaí®t la force de son poing, l’habileté de ses coups. Face í  l’adversaire mal préparé, il le contemple simplement et lui montre la puissance de son regard. Il gagne sans avoir besoin de porter la lutte sur le plan physique.

í€ mesure que le guerrier apprend avec son maí®tre en spiritualité, la lumière de la foi brille dans ses yeux et il n’a rien í  prouver í  personne. Peu importe les arguments agressifs de l’adversaire – disant que Dieu est superstition, que les miracles sont truqués, que croire aux anges c’est fuir la réalité.

Comme le lutteur, le guerrier de la lumière connaí®t son immense force ; et il ne lutte jamais avec quelqu’un qui ne mérite pas l’honneur du combat.

Renoncer au temps

Le guerrier de la lumière écoute Lao-tseu lorsqu’il dit que nous devons nous détacher de l’idée des jours et des heures et íªtre de plus en plus attentifs í  la minute.

Ainsi seulement, il parvient í  résoudre certains problèmes avant qu’ils ne surviennent. En étant vigilant aux petites choses, il réussit í  se protéger des grandes calamités.

Mais penser aux petites choses ne signifie pas penser petit. Le guerrier sait qu’un grand ríªve est formé de nombreux éléments, de míªme que la lumière du soleil est la somme des millions de rayons qui la composent.

Renoncer au confort

Le guerrier de la lumière contemple les deux colonnes qui entourent la porte qu’il prétend ouvrir. L’une s’appelle Peur, l’autre s’appelle Désir.

Le guerrier regarde la colonne de la Peur, et lí  il est écrit : « Tu vas entrer dans un monde inconnu et dangereux, oí¹ tout ce que tu as appris jusqu’í  présent ne te servira í  rien. »

Le guerrier regarde la colonne du Désir, et lí  il est écrit : « Tu vas quitter un monde connu, oí¹ sont conservées les choses que tu as toujours aimées et pour lesquelles tu as tant lutté. »

Le guerrier sourit parce qu’il n’est rien qui lui fasse peur, ni rien qui le retienne. Avec l’assurance de quelqu’un qui sait ce qu’il veut, il ouvre la porte.