La question sans réponse

La question sans réponse

C’est une question que je me suis depuis longtemps retirée de la tête, justement parce que je ne sais pas y répondre.

Je ne suis pas le seul. Au cours de toutes ces années, j’ai fréquenté toutes sortes de personnes : riches, pauvres, puissantes et installées. Dans tous les yeux qui ont croisé les miens, j’ai toujours pensé qu’il manquait quelque chose – et j’inclus là des guerriers, des savants, des gens qui n’auraient pas de quoi se plaindre.

Certaines personnes semblent heureuses : simplement elles n’y pensent pas. D’autres font des projets : je vais avoir un mari, une maison, deux enfants, une maison de campagne. Tant qu’elles sont occupées avec cela, elles sont comme des taureaux cherchant le torero : elles ne pensent pas, elles vont de l’avant. Elles acquièrent une voiture, quelquefois même une Ferrari, elles trouvent que le sens de la vie est là, et elles ne se posent jamais la question. Malgré tout, les yeux de ces personnes portent une tristesse qu’elles-mêmes ignorent.

Je ne sais pas si tout le monde est malheureux. Je sais que les gens sont toujours occupés : ils font des heures supplémentaires, s’occupent des enfants, du mari, de la carrière, du diplôme, de ce qu’il faut faire demain, ce qu’il reste à acheter, ce qu’il faut avoir pour ne pas se sentir inférieur, etc.

Peu de gens m’ont dit : « Je suis malheureux. » La plupart me disent : « Je vais très bien, j’ai obtenu tout ce que je désirais. »

Alors je demande : « Qu’est-ce qui vous rend heureux ? »

Réponse : « J’ai tout ce dont une personne pouvait rêver – famille, maison, travail, santé. »

Je repose la question : « Vous êtes-vous déjà arrêté pour vous vous demander si c’était tout dans la vie ? »

Réponse : « Oui, c’est tout. »

J’insiste : « Alors le sens de la vie, c’est le travail, la famille, les enfants qui vont grandir et vous quitter, une femme ou un mari qui deviendront des amis plus que de vrais amoureux. Et le travail se terminera un jour. Que ferez-vous quand cela arrivera ? »

Réponse : il n’y a pas de réponse. Ils changent de sujet. Mais il y a toujours quelque chose de caché : le patron d’entreprise n’a pas encore conclu l’affaire dont il rêvait, la ménagère aimerait avoir plus d’indépendance ou plus d’argent, l’étudiant qui termine ses études se demande s’il a choisi sa carrière ou si on l’a choisie pour lui, le dentiste voulait être chanteur, le chanteur voulait être politicien, le politicien voulait être écrivain, l’écrivain veut être paysan.

Dans la rue où j’écris cette colonne et regarde les gens marcher, je peux parier que tout le monde ressent la même chose. La femme élégante qui vient de passer gaspille ses journées à essayer d’arrêter le temps en contrôlant la balance, parce qu’elle pense que l’amour en dépend. De l’autre côté de la chaussée, je vois un couple avec deux enfants. Ils vivent des moments d’intense bonheur quand ils sortent se promener avec leurs enfants, mais en même temps leur subconscient pense à l’emploi qui peut manquer, aux tragédies qui risquent d’arriver, au moyen de s’en libérer, de se protéger du monde.

Je feuillette les magazines people : tout le monde rit, tout le monde est content. Mais comme je fréquente ce milieu, je sais que ce n’est pas vrai : tout le monde rit ou s’amuse à ce moment-là, sur cette photo, mais le soir, ou le matin, c’est toujours une autre histoire. « Que vais-je faire pour continuer à apparaître dans ce magazine ? » « Comment masquer que je n’ai plus assez d’argent pour maintenir mon luxe ? » « Ou comment administrer mon luxe en le rendant plus grand, plus expressif que celui des autres ? » « L’actrice avec qui je ris et fais la fête sur cette photo peut me voler mon rôle demain ! » « Suis-je bien mieux habillée qu’elle ? Pourquoi sourions-nous, si nous nous détestons ? »

Enfin, il me reste les vers de Jorge Luis Borges : « Je ne serai plus heureux, et cela n’a pas d’importance/il y a beaucoup d’autres choses dans ce monde. »

C’est tout ?

Sri Ramakrishna raconte qu’un homme s’apprêtait à traverser une rivière quand le maître Bibhishana s’approcha, écrivit un nom sur une feuille, l’attacha sur le dos de l’homme et dit :

« N’ayez pas peur. Votre foi vous aidera à marcher sur les eaux. Mais à l’instant où vous perdrez la foi, vous vous noierez. »

L’homme fit confiance à Bibhishana, et il commença à marcher sur les eaux, sans aucune difficulté. Mais à un certain moment, il eut un immense désir de savoir ce que son maître avait écrit sur la feuille attachée sur son dos.

Il la prit, et il lut ce qui était écrit :

« Ô Dieu Rama, aide cet homme à traverser la rivière. »

« C’est tout ? pensa l’homme. Qui est ce Dieu Rama, finalement ? »

Au moment où le doute s’installa dans son esprit, il fut englouti et se noya dans le courant.

Comments

  1. marie-christine says:

    “La plus profonde emotion nous pouvons experiencer est l’emotion du mystique. C’est la force de toutes les sciences.” Albert Einstein

    “The most profound emotion we can experience is the emotion of the mystical. It is the power of all science.”Albert Einstein

    1. marie-christine says:

      et c’est ce que j’experience.
      Puis je voyager avec toi STP?
      Merci.

  2. nouda says:

    Bonjour Paulo, Bonjour à tous et toutes,

    Je ne sais pas vraiment si cela répondra à la question : qu’est-ce qui rend heureux ? Cela peut répondre d’avantage à la question : qu’est-ce qui me soulage ?

    Quand je prie, je sens que le monde n’est rien face à la grandeur de Dieu, à Son amour, à Sa présence.
    Enfants, parents, mari, amis, personne ne peut (pour moi en tous cas) me combler d’amour comme Lui. Quand je sens l’Union entre Lui et moi, plus rien au monde ne peut me satisfaire ; et dès lors je ne crains plus de perdre ceci ou cela tant que Dieu est en moi.

    cela me rend-il heureuse ?
    Je ne sais pas si ce mot convient, mais en tous cas, la peur a disparu, les envies, les manques, etc.. tout est abstrait, tout est lointain, tout cela n’est rien.

    Il reste Sa présence divine, éternelle et bienveillante.
    De la lumière pure qui éclaire mon chemin.

    Merci à vous Paulo.
    Nouda

  3. Marie says:

    Je me souviens qu’il fut un temps où j’avais tout – comme dit dans l’histoire – et pourtant je me suis rendue compte que je n’avais rien ! J’ai donc décidé de faire le point.
    A ce moment-là, je suis partie sans dire où j’étais ni à ma famille ni à mes amis, ni à mon mari.
    J’ai décidé de réfléchir sur ce qui faisait que j’étais un être “unique” au même titre que des milliards de personnes sur cette terre. Je me suis aperçue qu’à chaque fois que je réfléchissais sur un sujet, même le plus anodin, la réponse correspondait à ce que j’avais déjà entendu soit dans ma famille, soit par mes amis, soit par la religion…A aucun moment, une réponse correspondait à ce que je ressentais vraiment ! J’ai donc appris à écouter mon coeur. Cela n’est pas facile parce qu’à compter de ce moment-là, il est évident que l’on se heurte, dans un premier temps, à l’incompréhension de son entourage.

    Des années après ce moment de ma vie, et ce qui reste le plus étrange pour moi, c’est que mon entourage, celui-là même qui a montré tant d’incompréhension à mon égard à cette époque, me salue de tant de force et de liberte de pensée !

    Aujourd’hui, je suis sereine vis-à-vis de moi-même et du regard des personnes que j’aime. Chacun à son chemin à construire. Je profite du présent et je ne crains pas les changements car j’ai compris que nous sommes comme la nature… en perpétuelle évolution dans notre condition d’Homme faite de chair, de sang et d’esprit.

  4. sandy says:

    ce qui me rend heureuse c’est de voir les miens heureux.. ceux que j’aime et qui m’entourent, ceux-la qui sont toujours la pour moi..
    Apres tout c’est vrai que l’homme nait egoiste mais decide de suivre un autre chemin… j’aime rendre les gens heureux et ca me rend heureuse aussi….:)

  5. Marie-Christine says:

    Au cas ou…je pele toujours les oranges…:)

  6. aline says:

    ce qui me rend heureuse ? le chant des oiseaux ou celui des enfants, la musique, les regards des gens que j’aime, et puis quelque chose tout au fond de moi qui fait que je me sente bien, sans raison. Sans doute parce que j’ai maintenant compris que j’étais bien mortelle, et que je n’étais donc venue ici que pour suivre un chemin que je me serai tracée, seule, toute seule. Sensation d’ivresse..!!

  7. Stephan says:

    Bonjour,
    Ce qui me rend heureux, c’est ce que je fais: je suis musicien, je fais danser les gens dans les soirées. Pendant quelques instants, ils dansent, ils chantent, ils rient et ils ont les yeux qui pétillent. Ils oublient leurs ennuis et parfois ils se rencontrent et s’aiment le temps d’une chanson. Lorsque je rentre chez moi après la soirée, je me dis que ces quelques instants partagés ne sont jamais perdus, alors je me sens bien: j’ai donné…