Archives for August 2009

Les choses comme elles sont

Il est clair que les choses ne se passent pas toujours comme nous voudrions qu’elles se passent. Il y a des moments oí¹ nous sentons que nous cherchons quelque chose qui ne nous est pas réservé, frappons í  des portes qui ne s’ouvrent pas, attendons des miracles qui ne se manifestent pas.

Heureusement que les choses sont ainsi – si tout marchait comme nous le souhaitons, nous n’aurions bientí´t plus de sujet pour écrire le scénario de nos journées. Ce scénario a nos ríªves pour aliment, mais notre lutte en est l’énergie. Et comme il arrive toujours aux guerriers qui consacrent leur énergie au Bon Combat, il y a des moments oí¹ il vaut mieux nous détendre, et croire que l’Univers continue í  travailler pour nous en secret, míªme si nous ne pouvons pas comprendre.

Laissons donc l’í‚me du Monde accomplir sa mission, et quand nous ne pouvons pas l’aider, la meilleure manière de collaborer avec elle est d’íªtre attentif aux choses simples de la vie – au coucher du soleil, aux gens qui passent dans la rue, í  la lecture d’un livre.

Cependant, dans bien des cas, le temps continue í  passer, et rien d’exceptionnel ne se produit. Mais le vrai guerrier de la lumière est confiant. Comme les enfants sont confiants.

Parce qu’il croit aux miracles, les miracles commencent í  se produire.

Parce qu’il a la certitude que sa pensée peut changer sa vie, sa vie commence í  changer.

Parce qu’il est certain qu’il va rencontrer l’amour, cet amour apparaí®t.

De temps í  autre, il est déí§u. Quelquefois il se blesse.

Alors, il entend les commentaires : « Comme il est naí¯f ! »

Mais le guerrier sait que c’est le prix í  payer. Pour chaque défaite, il a deux victoires í  son actif.

Dans un livre intéressant et minuscule, « Le Bréviaire de la Chevalerie médiévale », il y a un texte qu’il faut se rappeler dans ces moments d’attente :

« L’énergie spirituelle du Chemin utilise la justice et la patience pour préparer ton esprit. »

« C’est cela le Chemin du Chevalier. Un chemin facile et en míªme temps difficile, parce qu’il oblige í  laisser de cí´té les choses inutiles, et les amitiés relatives. C’est pourquoi, au début, on hésite tellement í  le suivre.

« Voici le premier enseignement de la Chevalerie : tu effaceras ce que jusqu’í  présent tu as écrit dans le cahier de ta vie : inquiétude, insécurité, mensonge. Et tu écriras, í  la place de tout í§a, le mot courage. En commení§ant le voyage avec ce mot, et en poursuivant avec la foi en Dieu, tu arriveras oí¹ tu dois arriver. »

Pourtant, nous continuons parfois í  attendre – avec patience, résignation, courage – et les choses autour de nous ne bougent pas. Mais comme c’est la route que nous avons choisie, il est impossible que les bénédictions de la vie ne travaillent pas en notre faveur. Il faut donc une profonde réflexion sur ce que nous appelons « résultats » : notre destin se manifeste d’une manière que nous ne parvenons pas í  comprendre totalement – mais il se manifeste ! Jorge Luí­s Borges a un conte magistral í  ce sujet.

Il décrit la naissance d’un tigre qui passe une grande partie de sa vie dans la jungle africaine, mais finit par íªtre capturé et emmené dans un zoo en Italie. Dès lors, l’animal pense que sa vie n’a plus de sens, et il ne lui reste plus qu’í  attendre le jour de sa mort.

Un beau matin, le poète Dante Alighieri passe dans ce zoo, regarde le tigre, et l’animal lui inspire un vers – au milieu de milliers de vers – de la « Divine Comédie ».

« Toute la lutte que ce tigre a menée pour sa survie a permis qu’il se trouve ce matin dans ce zoo et inspire un vers immortel », dit Borges.

Comme ce tigre, nous avons tous une raison – une raison très importante – d’íªtre ici, en ce moment, ce matin.

Alors, détendez-vous. Et soyez attentif.

Quote of the Week

And each man kills the thing he loves,
By all let this be heard,
Some do it with a bitter look,
Some with a flattering word,
The coward does it with a kiss,
The brave man with a sword.
( quoting Oscar Wilde in The Valkyries)

Poems

They are like food for the soul. So, we were talking about soulmates, loneliness, fear…This week I want you to share your favorite poem. It can be in your language. I’m going to share my favorite poem, one of them of course. And you’re always welcome to return to this blog and share another poem. But if you have to single out one poem, what would it be?

I suggest you to post in English/Portugues/Franí§ai/Espanol. But you can also post in your mother tongue. In this case, it will take more time to be moderated, because we need to translate to avoid spam.

Please feel free to put your favorite poem and share with other readers. I selected one Greek (in English) and one in Portugues. They are in the post # 1
Thank you!
Paulo

UPDATE: I am surprised with the quantity/quality of posts. Today I suggested a good friend in HP Printer Division consider publishing around 200 poems that are pubic domain. An anthology by popular vote! He is considering

The new WOL issue no.204 is out!

Things as they are
As coisas como elas sí£o
Las cosas tal y como son
Les choses comme elles sont
Le cose come esse sono

Suphi’s favorite poem

HíœRRÄ°YETE DOÄžRU

Gün doÄŸmadan,
Deniz daha bembeyazken í§Ä±kacaksın yola.
Kürekleri tutmanın ÅŸehveti avuí§larında,
Ä°í§inde bir iÅŸ görmenin saadeti,
Gideceksin
Gideceksin ırıpların í§alkantısında.
Balıklar í§Ä±kacak yoluna, karşıcı;
Sevineceksin.
Ağları silkeledikce
Deniz gelecek eline pul pul;
Ruhları sustuğu vakit martıların,
Kayalıklardaki mezarlarında,
Birden
Bir kıyamettir kopacak ufuklarda.
Denizkızları mı dersin, kuşlar mı dersin;
Bayramlar seyranlar mı dersin,
Åženlikler cümbüÅŸler mi?
Gelin alayları, teller, duvaklar,
Donanmalar mı?
Heeey
Ne duruyorsun be, at kendini denize:
Geride bekliyenin varmış, aldırma;
Görmüyor musun, Her yanda hürriyet;
Yelken ol, kürek ol, dümen ol, balık ol, su ol;
Git gidebildiÄŸin yere…

Author : Orhan Veli Kanık

Valentina’s favorite poem

Послушайте!

Ведь, если звезды зажигают –
значит – это кому-нибудь нужно?
Значит – кто-то хочет, чтобы они были?
Значит – кто-то называет эти плевочки
жемчужиной?
И, надрываясь
в метелях полуденной пыли,
врывается к богу,
боится, что опоздал,
плачет,
целует ему жилистую руку,
просит -чтоб обязательно была звезда! –
клянется –
не перенесет эту беззвездную муку!
А после
ходит тревожный,
но спокойный наружно.
Говорит кому-то:
“Ведь теперь тебе ничего?
Не страшно?
Да?!”
Послушайте!
Ведь, если звезды
зажигают –
значит – это кому-нибудь нужно?
Значит – это необходимо,
чтобы каждый вечер
над крышами
загоралась хоть одна звезда?!
1914

Author: Владимир Маяковский