Le ciel et l’enfer


Un homme, son cheval et son chien se promenaient sur une route. Alors qu’ils passaient près d’un arbre gigantesque, un éclair les frappa, et ils moururent tous foudroyés.
Mais l’homme ne comprit pas qu’il avait quitté ce monde, et il continua í  marcher avec ses deux bíªtes ; les morts mettent parfois du temps í  se rendre compte de leur nouvelle condition…

La route était très longue, la pente abrupte, le soleil était fort, ils transpiraient et avaient grand soif. Ils avaient désespérément besoin d’eau. Au détour du chemin, ils aperí§urent une porte magnifique, tout en marbre, qui conduisait í  une place pavée d’or, au centre de laquelle il y avait une fontaine d’oí¹ jaillissait une eau cristalline.

Le voyageur s’adressa í  l’homme qui gardait l’entrée.

– Bonjour. Quel est cet endroit, si beau ?
– Ici c’est le Ciel.
– Heureusement que nous sommes arrivés au Ciel, nous avons terriblement soif.
– Vous pouvez entrer et boire l’eau í  volonté.
– Mon cheval et mon chien ont soif eux aussi.
– Je suis vraiment désolé, mais ici on ne laisse pas entrer les animaux.

L’homme en fut désappointé parce que sa soif était grande, mais il ne boirait pas tout seul ; il remercia et reprit sa route. Après qu’ils eurent beaucoup marché, épuisés, ils atteignirent une place, dont l’entrée était marquée par une vieille porte, qui donnait sur un chemin de terre bordé d’arbres.

í€ l’ombre d’un arbre, un homme était couché, la tíªte couverte d’un chapeau, peut-íªtre endormi.

– Bonjour – dit le voyageur. – Nous sommes assoiffés, mon cheval, mon chien et moi.
– Il y a une source dans ces pierres, dit l’homme, indiquant l’endroit. Vous pouvez boire í  volonté.
L’homme, le cheval et le chien se rendirent í  la source et apaisèrent leur soif. Ensuite il revint dire merci.
– Au fait, comment s’appelle cet endroit ?
– Ciel.
– Ciel ? Mais le gardien de la porte en marbre a dit que c’était lí -bas le ciel.
– ça ce n’est pas le ciel, c’est l’enfer.

Le voyageur était perplexe.
– Vous devriez empíªcher cela ! Cette information mensongère doit causer de grandes confusions ! »
L’homme sourit :
– Pas du tout. En réalité, ils nous font une grande faveur. Parce que lí -bas restent tous ceux qui sont capables d’abandonner leurs meilleurs amis…

du livre Le démon et mademoiselle Prym