Inteview Metro UK (trad. française)

LINK FOR THE INTERVIEW IN ENGLISH>>> CLICK HERE

L’auteur Paulo Coelho parle avec Metro sur le succes de son roman ‘L’Alchimiste”. d’etre la deuxieme personne qui a le plus d’influence apres Justin Bieber et de son nouveau livre ‘Aleph’.

‘Aleph’, de quoi s’agit-il?

Mon experience sur le train le ‘Trans Siberien’. Je pensais que j’etais deja un auteur tres repute. Je n’avais pas besoin de faire autre chose. et je ressentais que quelque chose n’allait pas. J’ai voyage pendant trois mois. J’ai commence a Londres et suis arrive a Vladivostok – juste pour rentrer en relation avec mon ame –

Avez-vous appris quelque chose sur vous?

On apprend tout le temps. Le probleme est que, parfois, on a l’impression de comprendre le monde. – c’est une erreur – le monde est toujours en mouvement. Vous n’arrivez jamais au moment ou vous devez vous arretez de faire un effort.,

Y-a-t’il eu des revelations en route?

Bien sur – le fait de rencontrer des gens – un chauffeur de taxi par exemple- ou trouver un livre. Je suis ouvert a la vie et durant cette periode, j’etais ouvert a de nouvelles experiences. Lorsque vous vous arretez de suivre les regles que vos parents vous imposent ;”Ne parles pas avec les etrangers’ – vous apprenez –

Les gens semblent tirer un enseignement spirituel dans des lieux exotiques – pouvez-vous en recevoir un en allant au travail?

Evidemment – Je ne prends pas le Trans Siberien tous les jours mais j’essaie d’avoir l’occasion de faire ces experiences chaque jour. Si vous etes accessible aux autres – cela peut arriver en vous rendant au travail – Ou bien vous choisissez de vous replier sur vous -meme – Vous devez vivre le moment.

Qu’attendent vos lecteurs de vos livres?

Je ne le sais pas – je n’ecris jamais avec cette question en tete – J’ecris seulement pour mieux me comprendre. Je parle avec mes lecteurs sur les reseaux Internet – mais je ne leur parle jamais en ce qui concerne le livre – Ecrire est solitaire , alors de temps en temps, je parle avec eux sur l’Internet. C’est comme si vous discutiez dans un bar sans quitter votre bureau. On parle de tout sauf de mes livres.

Quelles sont vos habitudes lorsque vous ecrivez?

C’est, comme le disait lewis Carrol : Commencer par le debut, aller a la fin et s’arreter. J’ecris comme cela. Je n’essaie pas de montrer a quel point je suis intelligent ou cultive. J’essaie seulement de partager mon ame – Partager fait partie de la vie –

Vous etes venu a l’ecriture tard dans la vie, comment se fait-il que vous ayez mis si longtemps?
Je voulais ecrire lorsque j’etais jeune. Mais les gens m’ont dit que c’etait impossible. Puis mes parents m’ont interne dans un hopital psychiatrique – ils disaient que j’etais fou et que je pourrais pas gagner ma vie en faisant ce metier . J’ai appris que l’on a besoin de traverser des ponts et d’en detruire d’autres. Je n’allais jamais etre a la hauteur de leurs reves – devenir un ingenieur – Mon point tournant a ete le pelerinage, en 1986 a Saint Jacques de Compostelle en Espagne, J’avais 40 ans et revais de devenir ecrivain, Je l’ai reporte a plus tard. J’ai marche pendant 56 jours puis je me suis dit ;” Il te faut commencer a ecrire a present ‘. Le succes n’est pas arrive du jour au lendemain. Cela a pris des annees pour que mes livres soient traduits – et ‘L’Alchimiste’ avait ete rejete par les maisons d’edition. Vous avez besoin de vous battre pour ce en quoi vous croyez.

Pourquoi ‘L’Alchimiste’ a ete aussi populaire?
C’est la question a 1,000.000 de dollars. Je ne le sais vraiment pas. C”est une metaphore sur ma vie personnelle et en l’ecrivant elle a touche un point sensible chez les autres. C’est le livre qui a ete le plus traduit par un auteur vivant. Je n’aurais jamais pense qu’il serait autant lu,Je ne sais pas pourquoi – et je n’ai pas envie de le savoir – cela mettrait fin a la magie.

On dit que vous etes la deuxieme personne la plus influente sur Twitter apres Justin Bieber – etes -vous tente d’utiliser votre pouvoir pour de mauvaises intentions ?

Tout le monde est responsable de ce qu’il/elle ecrit. Vous pouvez avoir des trolls destructeurs – mais , si vous etes convaincu de ce que vous faites, vous n’allez pas vous soucier de ce qu’ils disent . C’est tres important pour un ecrivain.,

Est-ce que vous lisez les critiques?
Je les lis et je les garde. J’ai plus de 40 GB de critiques – bonnes et mauvaises – Cela ne me derange pas de lire une mauvaise critique – sinon je me serais arrete d’ecrire depuis 15 ans. Les eloges ou les critiques ne durent que 3 ou 4 jours.

Quelle est la raison pour les garder?
Eventuellement, apres ma mort, les gens continueront a lire mes livres et peut etre, quelqu’un tot ou tard, voudra ecrire sur mon travail; alors ils auront besoin de lire ce que j’ai connu – ce n’est pas tout rose –

Quelle a ete votre plus folle depense?
Quand j’etais hippie, j’avais depense tout mon argent sur un billet d’avion pour l’Europe.

‘L’Alchimiste’ est un des 25 titres qui fait partie de la ‘Nuit Mondiale du Livre’ ce lundi, 23/Avril

traduit par Marie-Christine

Interview: Metro UK

What’s Aleph about?
My experience on the Trans-Siberian Railway. I was thinking: ‘I’m already a very successful author, I don’t need to do anything,’ and was feeling something was wrong. I travelled for three months. I started in London in 2006 and ended up in Vladivostok – just to get in contact with my soul.

Did you learn anything about yourself?
You’re always learning. The problem is, sometimes you stop and think you understand the world. This is not correct. The world is always moving. You never reach the point you can stop making an effort.

Were there any revelations along the way?
Of course. Just from meeting people – a taxi driver, for example – or finding a book. I’m open to life and during this period I was open to new experiences. When you don’t follow the rule your parents impose – ‘don’t talk to strangers’ – you learn.

People seem to experience spiritual revelations in exotic locations – can you have one on the way to work?
Of course. I don’t take the Trans-Siberian every day but I try to give every day the opportunity for these experiences. If you’re open to people on your way to work, it can happen. Or you can choose to be totally inwards and think only of yourself. You have to live in the moment.

What do your readers expect from your books?
I don’t know. I never write books with this question in mind. I only write to understand myself better. I talk to my readers on social networking sites but I never tell them what the book is about. Writing is lonely, so from time to time I talk to them on the internet. It’s like chatting at a bar without leaving your office. I talk with them about a lot of things other than my books.

Do you have any writing habits?

It’s as Lewis Carroll said: start at the beginning, go to the end, then stop. That’s how I write. I write quickly. I don’t try to show how intelligent or how cultivated I am, I just try to share my soul. Sharing is part of life.

Read more: 60 Seconds with Coelho