Je suis inutile

Screen Shot 2013-05-20 at 1.03.31 AM

un chapitre du livre LE MANUSCRIT RETROUVÉ

Certaines personnes disent : « Je ne parviens pas à éveiller l’amour des autres. » Mais dans l’amour resté sans réponse il y a toujours l’espoir qu’un jour il soit accepté.

D’autres écrivent dans leur journal : « Mon génie n’est pas reconnu, mon talent n’est pas apprécié, mes rêves ne sont pas respectés. » Mais pour ceux-là aussi, il y a l’espoir que les choses changent après beaucoup de luttes.

D’autres encore passent leur temps à frapper aux portes en expliquant : « Je suis au chômage. » Ils savent que, s’ils ont de la patience, une porte s’ouvrira un jour.

Mais il y a ceux qui se réveillent tous les matins le cœur lourd. Ils ne sont pas en quête d’amour, de reconnaissance, de travail.

Ils se disent : « Je suis inutile. Je vis parce que je dois survivre, mais personne, absolument personne, ne s’intéresse à ce que je fais. »

Le soleil brille dehors, la famille est autour, ils veulent conserver le masque de la joie parce qu’aux yeux des autres ils ont tout ce dont ils ont rêvé.
Mais ils sont convaincus que tout le monde peut se passer d’eux. Ou bien parce qu’ils sont trop jeunes et constatent que les plus âgés ont d’autres préoccupations, ou bien parce qu’ils sont trop vieux et jugent que les plus jeunes se moquent bien de ce qu’ils ont à dire.

Le poète écrit quelques lignes et les jette à la poubelle, pensant : « Cela n’intéresse personne. »

L’employé arrive au travail et ne fait que répéter la tâche de la veille. Il est convaincu que si un jour il est licencié, personne ne remarquera son absence.

La jeune fille coud sa robe en s’appliquant à chaque détail et, quand arrive la fête, elle comprend ce que disent les regards : elle n’est ni plus jolie ni plus laide qu’une autre, ce n’est qu’une robe de plus parmi des millions d’autres partout dans le monde où, à ce moment précis, des fêtes semblables ont lieu. Certaines dans de vastes châteaux, d’autres dans de petits villages où tout le monde connaît tout le monde et à quelque chose à dire sur la robe des autres.
Sauf sur la sienne, qui est passée inaperçue. Elle n’était ni jolie ni laide, c’était seulement une robe de plus.
Inutile.

Les plus jeunes se rendent compte que le monde est bourré d’énormes problèmes qu’ils rêvent de résoudre, mais personne ne s’intéresse à leur opinion. « Vous ne connaissez pas encore la réalité du monde », entendent-ils. « Écoutez les plus vieux et vous saurez quoi faire. »

Les plus vieux ont acquis expérience et maturité, ils ont appris durement de l’adversité, mais quand vient l’heure de transmettre leur savoir, cela n’intéresse personne. « Le monde a changé », entendent-ils. « Il faut accompagner le progrès et écouter les plus jeunes. »

Sans respecter l’âge et sans demander la permission, le sentiment d’inutilité ronge l’âme, répétant toujours : « Personne ne s’intéresse à toi, tu n’es rien, la planète n’a pas besoin de ta présence. »
Dans l’intention désespérée de donner un sens à leur vie, beaucoup se tournent vers la religion, parce qu’une lutte au nom de la foi paraît toujours la preuve d’une certaine grandeur, qui peut transformer le monde. « Nous travaillons pour Dieu », se disent-ils.

*

Demandez à une fleur des champs : « Te sens-tu inutile, puisque tu ne fais que reproduire d’autres fleurs semblables ? »
Elle répondra : « Je suis belle, et la beauté en soi est ma raison de vivre. »

Demandez à un fleuve : « Te sens-tu inutile, puisque tu ne fais que couler toujours dans la même direction ? »
Il répondra : « Je n’essaie pas d’être utile, j’essaie d’être un fleuve. »

Rien dans ce monde n’est inutile aux yeux de Dieu. Ni une feuille qui tombe de l’arbre, ni un cheveu qui tombe de la tête, ni un insecte qui est mort parce qu’il dérangeait. Tout a une raison d’être.

N’essaie pas d’être utile. Essaie d’être toi : cela suffit et cela fait toute la différence.
Ne marche ni plus vite, ni plus lentement que ton âme. C’est elle qui t’apprendra quelle est ton utilité à chaque pas. Parfois, c’est prendre part à un grand combat qui contribuera à changer le cours de l’Histoire. Mais parfois c’est simplement sourire sans motif à quelqu’un que tu as croisé par hasard dans la rue.
Sans en avoir la moindre intention, tu as pu sauver la vie d’un inconnu qui lui aussi se jugeait inutile, et qui était peut-être sur le point de se tuer, jusqu’à ce qu’un sourire lui donne espoir et confiance.

*

30 SEC READ: Bravo! (ENGL, PORT, ESPA )

the_opera_singer_93435

The Substitute Singer

Though I was unable to prove the events of this tale, this event supposedly happened many years ago in the Paris Opera. On the night when a famous tenor was to perform, the packed house was told he would not be able to attend due to traffic.
Concerned, the director of the Opera appeared on the stage to explain what was happening and to ask for a local tenor to act as a substitute.
The audience reacted as expected; with discomfort. Some spectators rose and asked for their money back, while others simply waited to see what lay in store for them, seeing that they had instructed their chauffeurs and made reservations for dinner, and did not quite know how to kill the time.

The substitute tenor came on stage and did the best he could. For two hours he sang with all his heart and soul. At the end, there was almost complete silence.
Then one spectator applauded, and a child’s voice was heard, “Daddy, you’re great! Just great!”

The next moment, the whole theater gave a standing ovation; a simple word of love had changed everything.

—————————

O cantor substituto

Aconteceu há muitos anos na Ópera de Paris (não pude comprovar se é verdade). Os ingressos estavam todos esgotados para a apresentação de um famoso tenor, mas no dia marcado, já com a casa repleta, descobriu-se que um problema de transporte iria impedir que ele chegasse a tempo.
Desconcertado, o diretor da Ópera subiu ao palco, explicou o que estava acontecendo, e pediu que um tenor local o substituísse.
A audiência reagiu como era de se esperar; desconforto, alguns expectadores se levantando para pedir o dinheiro de volta, e outros simplesmente aguardando o que estava por vir, já que tinham marcado seus choferes e seus jantares para determinada hora, e não sabiam exatamente como passar o tempo.

O tenor substituto subiu ao palco e fez o melhor que podia. Durante duas horas, cantou com sua alma e seu coração. No final, um silêncio quase completo – porque não era exatamente ele que esperavam escutar.

Apenas um espectador aplaudia. E ouviu-se sua voz infantil:
– Papai, você é genial! Você é genial!

No momento seguinte, todo o teatro ovacionava de pé o espetáculo; uma simples palavra de amor havia mudado tudo.

—————————–

El cantante sustituto

Sucedió hace muchos años en la Ópera de París (no pude comprobar si es verdad). Las entradas para escuchar a un famoso tenor estaban agotadas, pero justo el día de la actuación, y con la casa ya repleta, se supo que un problema de transporte le impediría al cantante llegar a tiempo.
Desconcertado, el director de la Ópera subió al escenario, explicó lo que estaba ocurriendo, y pidió que un tenor local lo sustituyese.
El público reaccionó como era de esperar: tensión, algunos espectadores levantándose para pedir la devolución del dinero, y otros simplemente aguardando lo que iba a ocurrir, puesto que tenían hora para que los recogiesen sus chóferes y para cenar más tarde, y no sabían a qué dedicar su tiempo hasta entonces.

El tenor sustituto subió al escenario e hizo lo mejor que pudo. Durante dos horas, cantó con toda su alma y todo su corazón. Al final, se hizo un silencio casi perfecto: y es que no era a él a quien esperaban escuchar.
Apenas un espectador aplaudía. Y en un determinado momento, pudo oírse su voz infantil:

-¡Papá! ¡Has estado genial! ¡Genial!

Al momento siguiente, todo el teatro ovacionaba en pie, celebrando el espectáculo. Una simple palabra de amor le había dado la vuelta a todo.