Le parapluie

Comme le veut la tradition, entrant dans la maison du maí®tre zen, le disciple laissa dehors ses chaussures et son parapluie.

« J’ai vu par la feníªtre que tu arrivais, déclara le maí®tre. As-tu laissé tes chaussures í  droite ou í  gauche du parapluie ?

– Je n’en ai pas la moindre idée. Mais quelle importance cela a-t-il ? Je pensais au secret du Zen !

– Si tu ne fais pas attention dans la vie, tu n’apprendras jamais rien.

“Accorde í  chaque seconde l’attention qu’elle mérite ; c’est le seul secret du Zen. »