Deuxième péché capital : l’avarice

Définition du dictionnaire : du latin avaritia, substantif féminin. Attachement excessif í  l’argent ; mesquinerie ; ladrerie.

Définition de l’Église catholique : Va í  l’encontre du Neuvième et du Dixième Commandement (Tu ne désireras pas la femme de ton prochain ; tu ne convoiteras pas les biens d’autrui). Inclination ou désir démesuré pour les plaisirs ou les possessions.

Pour le philosophe Sénèque : Les pauvres veulent toujours quelque chose, les riches veulent beaucoup, et les avaricieux veulent tout.

Une histoire des Pères du désert : « Saint homme, dit un novice í  l’abbé Pastor, mon cÅ“ur est plein d’amour pour le monde, et mon í¢me débarrassée des tentations du démon. Quelle est ma prochaine étape ? »

L’abbé pria le novice de l’accompagner dans sa visite auprès d’un malade qui réclamait l’extríªme-onction. Après qu’ils eurent réconforté la famille, l’abbé remarqua que, dans un coin de la maison, se trouvait un coffre.

« Qu’y a-t-il í  l’intérieur ? demanda-t-il.

– Les víªtements que mon oncle n’a jamais utilisés, répondit le neveu du malade. Il les achetait, pensant toujours que viendrait l’occasion de les porter, mais ils ont fini par pourrir lí -dedans. »

« N’oublie pas ce coffre, dit l’abbé Pastor í  son disciple, quand ils furent sortis. Si tu as des trésors spirituels dans ton cÅ“ur, mets-les en pratique maintenant. Ou bien ils pourriront. »

Texte commentant la crise économique en Asie en 1997 : Les courtiers achetaient et vendaient, convaincus que le monde ne changerait pas, et que tout ce qu’ils devaient faire, c’était placer encore et encore, et voir leurs fortunes s’accroí®tre. Ils se moquaient des dégí¢ts qu’ils provoquaient sur la monnaie (en Malaisie). Brusquement, cinq cents milliards de dollars disparurent de la circulation. Et au moment oí¹ il fallut donner des explications í  tous ceux qui avaient perdu leurs économies accumulées au long des années avec beaucoup de sacrifices, ils répondaient : « C’est la faute du marché. » Mais c’était eux le marché.

La Mort et l’Avarice : La Mort et l’Avarice regardaient les hommes travailler fébrilement pour trouver des diamants dans une rivière. « Je suis venue ici prendre quelques í¢mes, dit la Mort. Livre-moi un tiers de ces gens, et je m’en irai.

– Ils m’appartiennent, ce sont mes esclaves, répondit l’Avarice. Je n’ai rien í  te livrer. »

Alors la Mort toucha l’eau de sa baguette magique, et l’empoisonna. Peu í  peu, tous ceux qui se trouvaient lí  moururent.

« Pourquoi as-tu volé tous mes esclaves ? s’écria l’Avarice, très en colère.

– Parce que n’as voulu m’en donner aucun » fut la réponse.

Dans un discours : í€ cause de son incapacité í  produire, le peuple juif est parasite, et son objectif est de réduire en esclavage les autres peuples. Ils se servent de l’avarice pour manipuler la stupidité de la classe moyenne. (Adolf Hitler, préparant le terrain pour l’Holocauste, qui coí»ta la vie í  six millions de juifs)

Des siècles auparavant, le rabbin Moshe ben Maimon disait : Le Seigneur a envoyé í  l’homme ses messagers, appelés maladies. La Providence éternelle m’a chargé de prendre soin de votre santé. Que l’amour pour ce que je fais me guide í  chaque moment. Que jamais l’avarice, ou la soif de pouvoir, ou le désir de reconnaissance, ne m’aveuglent et ne me fassent oublier que l’objectif d’un homme est de donner ce qu’il a de meilleur í  un autre homme.

Le conseil du Tao-tö king : Les cinq couleurs aveuglent les yeux de l’homme. Les cinq tons assourdissent ses oreilles. Les cinq saveurs gí¢tent son palais. Les courses et les chasses déchaí®nent dans son cÅ“ur des passions furieuses et sauvages.

La recherche difficile des biens l’excite í  commettre le mal en présence d’obstacles périlleux. Pour cette raison (…) le sage rejette le superficiel et préfère s’enfoncer dans le profond.

(í  suivre : la luxure)

Cliquez ici pour vous inscrire í  la newsletter du Guerrier de la Lumière.