Archives for August 2020

Vacations!

Although I enjoy my work a lot (once I tweeted: “if you do what you love, every day is a holiday”) I need to stop being in front of the computer – and this is the main reason for taking vacations.

I will be back by the September.

Meanwhile, you can download to your phone (iOS or Android my FREE DAILY MESSAGES

If you are in places were the bookstores/libraries are still closed,  here you can download some FREE BOOKS

If it happens you are visiting this blog for the first time, please check the ARCHIVES below

Paulo

Citations de Paulo Coelho

– Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus.

– Le courage est la peur qui fait ses prières.

– On ne s’aperçoit pas toujours que l’on parcourt chaque jour un nouveau chemin.

– Toutes les batailles de la vie nous enseignent quelque chose, même celles que nous perdons.

– La meilleure manière de connaître et de détruire un ennemi, c’est de feindre de devenir son ami.

– Ecoute ton coeur. il connaît toute chose, parce qu’il vient de l’âme du monde, et qu’un jour il y retournera.

– L’homme a rarement le pouvoir de prendre une décision.

– Le bonheur est quelque chose qui se multiplie quand il se divise.

– Si tu ne veux pas t’attirer d’ennuis, partage toujours la responsabilité.

– Seule l’explosion intérieure permet de briller.

– Tout comme les rivières changent leur cours, l’idéal des hommes est aussi sujet à transformations.

– La conscience de la mort nous incite à vivre davantage.

– Le bon combat est celui engagé parce que notre coeur le demande.

– De toutes les armes de destruction inventées par l’homme, la plus terrible (et la plus puissante) était la parole.

– Tous les malheurs ont une fin. ainsi en est-il aussi des gloires et des tragédies du monde.

– C’est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante.

– Il n’y a qu’une façon d’apprendre, c’est par l’action.

– De toutes les manières que l’homme a trouvé de se faire du mal à lui-même, l’amour est la pire.

– Même la plus grande sagesse peut être occultée par l’éclat de la vanité.

– Quand on aime, on n’a aucun besoin de comprendre ce qui se passe, car tout se passe alors à l’intérieur de nous…

– C’est grave de s’obliger à ressembler à tout le monde : cela provoque des névroses, des psychoses, des paranoïas.

– Rien dans ce monde n’arrive par hasard.

– Tout le monde est faible devant la souffrance.

– L’être humain ne s’offre le luxe d’être fou que lorsque les conditions sont favorables.

– L’enthousiasme se manifeste normalement de toute sa puissance pendant les premières années de notre vie.

– Tout homme a le droit de douter de sa tâche et d’y faillir de temps en temps. la seule chose qu’il ne puisse faire, c’est l’oublier.

– La jeunesse est ainsi, elle établit ses propres limites sans demander si le corps supporte.

– Celui qui désire mener le bon combat doit regarder le monde comme s’il s’agissait d’un trésor inépuisable, qui attend d’être découvert et conquis.

– Nous sommes tous fous d’une façon ou d’une autre.

– Les gens ont toujours tendance à vouloir aider les autres, uniquement pour se sentir meilleurs qu’ils ne sont en réalité.

– La vie peut être courte ou longue, tout dépend de la façon dont nous la vivons.

– Qu’est-ce qui pousse une personne à se détester ? peut-être la lacheté. ou l’éternelle peur de se tromper, de ne pas faire ce que les autres attendent.

– Un marteau n’a pas de raison d’être s’il n’existait des clous pour qu’il les martèle.

– Le destin des montagnes doit être terrible. elles sont obligées de contempler toujours le même paysage.

– Si tu t’en vas en promettant ce que tu ne possèdes pas encore, tu perdras l’envie de l’obtenir.

– Bien des gens commentent les horreurs qui frappent les autres comme s’ils étaient très soucieux de les aider, alors qu’en réalité ils se complaisent à la souffrance d’autrui, par ce qu’elle leur permet de croire qu’ils sont heureux.

– On n’a pas besoin de gravir une montagne pour savoir si elle est élevée.

– C’était cela la liberté : sentir ce que son coeur désirait, indépendamment de l’opinion des autres.

– Tout le monde peut écrire ce qu’il veut ; mais personne ne parvient à se souvenir de choses qui n’ont jamais existé.

– L’être humain a deux grands problèmes : le premier est de savoir quand commencer, le second est de savoir quand s’arrêter.

– L’amour est une force sauvage. quand nous essayons de le contrôler, il nous détruit. quand nous essayons de l’emprisonner, il nous rend esclaves. quand nous essayons de le comprendre, il nous laisse perdus et confus.

– Il suffit de prêter attention ; les leçons viennent toujours quand vous êtes prêt, et si vous êtes attentif aux signes, vous apprendrez toujours tout ce qui est nécessaire pour l’étape suivante.

– Le désert est une femme capricieuse, qui parfois rend les hommes fous.

– Dans la contradiction, l’amour se renforce. dans la confrontation et la transformation, l’amour se préserve.

– L’âge ne fait perdre le rythme qu’à ceux qui n’ont jamais eu le courage d’avancer tout seuls.

– Il est toujours bon d’avoir une activité lente avant de prendre une décision importante.

– Quand on voyage vers un objectif, il est très important de prêter attention au chemin. c’est toujours le chemin qui nous enseigne la meilleure façon d’y parvenir, et il nous enrichit à mesure que nous le parcourons.

– Les rêves donnent du travail.

– L’extraordinaire se trouve sur le chemin des gens ordinaires.

– L’homme ne pourra jamais cesser de rêver. le rêve est la nourriture de l’âme comme les aliments sont la nourriture du corps.

– La peur va jusqu’où commence l’inévitable ; dès lors, elle n’a plus de sens.

– Personne n’aime demander beaucoup à la vie, parce qu’il a peur de l’échec.

– Dans la vie, tout est signe.

– L’intuition n’a rien à voir avec la routine, elle relève d’un état d’esprit qui est au-delà de la technique.

– La coupe des souffrances n’a pas la même taille pour tout le monde.

– Le futur a été créé pour être changé.

– Essayer d’expliquer, c’est vouloir expliquer le mystère – impossible.

– Les dieux jettent les dés et ne demandent pas si nous avons envie de jouer.

– L’heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil.

– La seule utilité réelle de la cravate, c’est qu’on la retire, sitôt rentré chez soi, pour se donner l’impression d’être libéré de quelque chose, mais on ne sait pas de quoi.

– La réalité est ce que la majorité considère qu’elle est. ce n’est pas nécessairement le meilleur, ni le plus logique, mais ce qui s’est adapté au désir collectif.

– Le meilleur soldat est celui qui ressemble à une pierre. sans sortir la lame du fourreau, il réussit à prouver que personne ne pourra le vaincre.

 Plus que la faim, la soif, le chômage, la souffrance d’amour, le désespoir de la défaite, le pire de tout, c’est de sentir que personne, mais absolument personne en ce monde, ne s’intéresse à nous.

– La richesse n’est pas la quantité d’argent qu’on a mais la façon dont on l’utilise.

– Chaque être humain est unique, il a ses propres qualités, ses instincts, ses formes de plaisir. cependant la société impose une manière d’agir collective, et les gens ne cessent de se demander pourquoi ils doivent se comporter ainsi.

– Emporte dans ta mémoire, pour le reste de ton existence, les choses positives qui ont surgi au milieu des difficultés. elles seront une preuve de tes capacités et te redonneront confiance devant tous les obstacles.

– Peut-être dieu a-t-il créé le désert pour que l’homme puisse se réjouir à la vue des palmiers.

– Dieu n’abandonne jamais ses enfants, mais ses desseins sont insondables, et il construit notre route à l’aide de nos propres pas.

– Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure façon d’aller de l’avant.

– Dans les contes pour enfants, les princesses donnent des baisers aux crapaud. dans la vie réelle, les princesses embrassent les princes et ceux-ci se transforment en crapauds.

– Seul celui qui est heureux peut répandre le bonheur autour de lui.

– Quand nous avons de grands trésors sous les yeux, nous ne nous en apercevons jamais. et sais-tu pourquoi ? parce que les hommes ne croient pas aux trésors.

– Un homme doit choisir. en cela réside sa force : le pouvoir de ses décisions.

– Les hommes qui se croient sages sont indécis à l’heure de commander et rebelles à l’heure d’obéir. ils pensent qu’il est honteux de donner des ordres et déshonorant de les recevoir.

– Avez-vous jamais rencontré quelqu’un qui se soit demandé pourquoi les aiguilles d’une horloge tournent dans un sens, et non dans le sens contraire ?

– Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c’est la peur d’échouer.

– Une chute du troisième étage fait tout autant de dégâts qu’une chute du centième étage. si je dois tomber, qu’au moins je tombe de très haut.

– L’homme est né pour trahir son destin.

– Peu importe le nombre d’années que l’on a ; quand la nuit tombe, elle apporte avec elle des peurs cachées dans notre âme depuis l’enfance.

– La danse est l’une des formes les plus parfaites de communication avec l’intelligence infinie.

– Ce qui noie quelqu’un, ce n’est pas le plongeon, mais le fait de rester sous l’eau.

– A un moment donné de notre existence, nous perdons la maîtrise de notre vie, qui se trouve dès lors gouvernée par le destin. c’est là qu’est la plus grande imposture du monde.

– Celui qui est capable de maîtriser son coeur est capable de conquérir le monde.

– Dieu peut tout. s’il se limitait à faire ce que nous appelons le bien, nous ne pourrions pas le nommer tout-puissant.

– Combien de fois abandonnons-nous notre chemin, attirés par l’éclat trompeur du chemin d’à côté ?

– Qu’est-ce qu’un prophète ? c’est un homme qui écoute encore les voix qu’il entendait lorsqu’il était enfant et qui croit toujours en elles.

– Excepté quelques cas pathologiques graves, les gens deviennent fous quand ils essaient d’échapper à la routine.

– Le bonheur est parfois une bénédiction – mais, le plus souvent, c’est une conquête.

– Nous sommes notre plus grande surprise.

– La folie, c’est l’incapacité de communiquer ses idées.

– Tout le monde croit savoir exactement comment nous devrions vivre.

– Quand quelqu’un prend une décision, il se plonge en fait dans un courant impétueux qui l’emporte vers une destination qu’il n’a jamais entrevue, même en rêve.

– Une quête commence toujours par la chance du débutant. et s’achève toujours par l’épreuve du conquérant.

– – l’amour est dangereux, dit-il. – très, renchérit l’ange. et alors ?

– Ce n’est pas un pêché que d’être heureux.

– Lorsque l’on tarde pour la cueillette, les fruits pourrissent. mais quand on repousse les problèmes, ils ne cessent de croître.

– Tout est écrit dans les sons. le passé, le présent et le futur de l’homme. un homme qui ne sait pas entendre ne peut écouter les conseils que la vie nous prodigue à chaque instant. seul celui qui écoute le bruit du présent peut prendre la décision juste.

– On ne peut se fier à un homme si l’on ne connaît pas la maison qu’il habite.

– Les hommes rêvent du retour plus que du départ.

– Le silence n’équivaut pas toujours à un assentiment : en général, il révèle simplement l’incapacité des gens à réagir sur le coup.

– La seule manière de sauver nos rêves est d’être généreux avec nous-mêmes.

– Des millénaires de civilisation ont fait du suicide un tabou, un outrage à tous les codes religieux : l’homme lutte pour survivre, pas pour renoncer.

– Le présent est toujours très bref, même si certains croient posséder un passé où ils ont accumulé des choses, et un avenir où ils accumuleront plus encore.

– Il existe deux choses qui empêchent une personne de réaliser ses rêves : croire qu’ils sont irréalisables, ou bien, quand la roue du destin tourne à l’improviste, les voir se changer en possible au moment où l’on s’y attend le moins.

– Les gens veulent tout changer et, en même temps, souhaitent que tout continue uniformément.

– Des démons surviennent et repartent à tout moment, sans que les choses soient nécessairement perturbées par leur présence.

– Quand on veut une chose, tout l’univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve.

– Ce qui importe ce n’est pas celui qui donne une bonne réponse, mais celui qui a raison.

– En ce moment, beaucoup de gens ont renoncé à vivre. ils ne s’ennuient pas, ils ne pleurent pas, ils se contentent d’attendre que le temps passe. ils n’ont pas accepté les défis de la vie et elle ne les défie plus.

– Une ville est une femme capricieuse, il lui faut du temps pour se laisser séduire et se découvrir complètement.

– Lorsqu’une chose évolue, tout ce qui est autour évolue de même.

– Sur le chemin, comme dans la vie, la sagesse n’a de valeur que si elle peut aider l’homme à vaincre un obstacle.

– En général, la mort fait que l’on devient plus attentif à la vie.

– Aimer, c’est perdre le contrôle.

– La liberté n’est pas l’absence d’engagement, mais la capacité de choisir.

– Le monde trouvera sa vérité quand l’homme saura aimer – jusque-là, nous vivons en pensant que nous connaissons l’amour, mais sans avoir le courage de l’affronter tel qu’il est.

– Clore des cycles, fermer des portes, finir des chapitres – peu importe comment nous appelons cela, l’important est de laisser dans le passé les moments de la vie qui sont achevés.

– Une fois résolu, un problème est d’une simplicité atterrante.

– L’amour est petit, il n’y en a que pour un ou une, et attention ! toute tentative pour dire que le coeur est plus grand que cela est considérée comme maudite.

– Tous les abrutis devraient avoir écrit sur leur carte de visite qu’ils sont des abrutis. comme ça, on saurait à qui l’on s’adresse.

– La condition humaine nous fait partager seulement ce que nous avons de meilleur, parce que nous sommes toujours en quête d’amour et d’acceptation.

– Un monde sans abrutis, ce serait le chaos ! au lieu de chômeurs comme on a aujourd’hui, il y aurait du travail en trop, et personne pour travailler !

– Personne ne peut fuir son coeur. c’est pourquoi il vaut mieux écouter ce qu’il dit.

– Il faut lutter pour ses rêves, mais il faut savoir également que quand certains chemins se révèlent impossibles, mieux vaut garder son énergie pour parcourir d’autres routes.

– Travailler est une bénédiction quand cela nous aide à penser à ce que nous sommes en train de faire. mais cela devient une malédiction quand cela n’a d’autre utilité que de nous éviter de penser au sens de notre vie.

– Une action est une pensée qui se manifeste.

– La liberté, si durement acquise, n’est autre qu’un exil déguisé.

– Quand un homme marche vers son destin, il est bien souvent forcé de changer de direction.

– Très souvent, au cours de notre existence, nous voyons nos rêves déçus et nos désirs frustrés, mais il faut continuer à rêver, sinon notre âme meurt.

– Le bon combat est celui qui est engagé au nom de nos rêves.

– L’homme ne naît pas, et il ne meurt jamais. il s’efforce d’exister, il ne cessera jamais de le faire, car il est éternel et permanent.

– Tout ce qui est fait dans le présent affecte l’avenir en conséquence, et le passé par rédemption.

– La diplomatie est aussi l’art de reporter les décisions jusqu’à ce que les problèmes se résolvent d’eux-mêmes.

– A tout être humain ont été concédées deux qualités : le pouvoir et le don. le pouvoir conduit l’homme à la rencontre de son destin ; le don l’oblige à partager avec les autres ce qu’il y a de meilleur en lui.